Mougin Claude-François

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- MOUGIN Claude-François (Saint-Loup (Haute-Saône), 3 septembre 1763 - ), fils de Jean-Baptiste, horloger, et de Claudine Spierenaet est proposé comme candidat le 1er frimaire par le district de Montbrison. Employé comme surnuméraire dans les bureaux de l’administration du dit district, sa candidature n’est pas retenue.

Ses études d’humanités et de rhétorique faites à Saint-Loup, il se rend au collège de Besançon pour y poursuivre ses études de philosophie et entre le 14 mars 1782 comme novice dans la Congrégation de l’Oratoire de la maison d’institution de Paris où il demeure jusqu’au 30 octobre avant d’être envoyé à la maison d’étude de Montmorency pour étudier en théologie. Il ne semble y être resté qu’un seul mois puisqu’on le retrouve préfet de la pension des minimes au collège de Juilly à partir du 25 novembre 1782 jusqu’en 1784, date à laquelle il exerce toujours comme préfet de pension, mais au collège de Niort où il devient régent de sixième (1785-1786) puis de cinquième (1786-1787). Envoyé au collège de Riom comme régent de cinquième en 1787, il enseigne la troisième l’année suivante et se retrouve régent de troisième au collège de Montbrison au début de la Révolution (1789-1790). Il est alors qualifié de « confrère » ce qui indique qu’il est demeuré laïc.

Il épouse en 1800 mademoiselle Rolle, fille d’un procureur de Montbrison, et devient receveur du timbre.

Sources

[AD Loire – L 226 f. 14 r ; AN – MM 617 f.165v ; MM 592 ; A. Broutin, Histoire des couvents de Montbrison avant 1793, t. II, Saint-Etienne, 1876, p. 77]