Braux Jean-Pierre

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- BRAUX Jean-Pierre* (Rennes (Ille-et-Vilaine), 17 avril 1745 – Angers, 3 juin 1803), est nommé le 26 brumaire par le district d’Angers. Il est alors membre depuis le 30 frimaire an III – 20 décembre 1794 de la Commission des Sciences et Arts que préside G.E. Merlet la Boulaye.

Profès de la congrégation des bénédictins de Saint-Maur à Saint-Melaine de Rennes le 19 novembre 1763, il est écolier en seconde année de philosophie à Saint-Aubin d’Angers en 1765-1766 puis zélateur du séminaire des jeunes profès de Marmoutier en 1769. Professeur de philosophie à l’académie et noviciat de l’abbaye Saint-Florent de Saumur de 1772 à 1778, il enseigne un temps la théologie à l’abbaye de Saint Nicolas d’Angers avant d’être gratifié le 7 octobre 1783 du prieuré de L’Evière d’Angers. Membre (1783), secrétaire (1786) puis vice-directeur (1787) de la Société des Botanophiles locale, il démissionne en 1788 de la dite société et de son prieuré pour se retirer à l’abbaye Saint Nicolas où, doyen et senior en 1790, on le retrouve jusqu’au 28 mars 1791. Interné pour refus de serment le 11 juin 1792, il est libéré puis assermenté à Angers le 27 septembre 1792 et se fait recommander par Brevet de Beaujour auprès du directoire du département pour obtenir le 10 août 1793 une place de « bibliographe » chargé du classement des livres rassemblés dans l’église Saint-Martin. Abdicataire à Angers le 26 ventôse an II – 16 mars 1794, il se retire un temps chez son ami Leterme-Saulnier « pour passer les mauvais jours de la Terreur » (C. Port).

Signataire des pétitions du 2 et 24 germinal, de retour de l’école normale, il est nommé le 1er ventôse an IV – 20 février 1796 bibliothécaire de l’École centrale d’Angers. Assermenté (Haine à la Royauté) le 2 pluviôse an V – 21 janvier 1797, il se trouve chargé le 10 germinal an VI – 30 mars 1798 de l’organisation de la bibliothèque de la ville et de l’évêché. Il décède en 1803 réconcilié avec l’église et, selon Benaben, « avec un courage peu commun et presque extraordinaire ».

Sources

[B. Bois, La vie scolaire en Anjou pendant la Révolution, 1789-1799, Paris, 1929, p. 268 n.7, 269, 270 ; AD Maine et Loire – 200 J, Perrin du Rouvray, Fiches biographiques sur le clergé, ms ; AN – D XIX 10 ; F19/ 872 ; C 338, dossier 1597 ; D XXXVIII, 1, dossier 11 ; C. Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine et Loire et de l’ancienne province d’Anjou, tome 1, Angers, 1874 ; La Reveillère Lepeaux, Mémoires, 1873, t. 1, p. 59 ; Q. Lamerie, Le clergé du Maine et Loire pendant la Révolution, 1899, p. 37-38 ; Uzerau, Anjou historique, 1913, t. 13, p. 506-507 ; G. Charvin, p. 41-42]