Thomassin

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- THOMASSIN (c.1751 -), figure le 6 frimaire sur une liste de neuf « Citoyens désignés » parmi lesquels le district de Lunéville doit élire ses trois élèves. Il obtient sept voix ce qui le place en seconde position, mais refuse sa nomination par une lettre de Lunéville datée du 12 frimaire : « Citoyens, Je reçois dans l’instant l’extrait de vos délibérations du 6 du courant d’après lesquelles il appert que vous m’avez fait l’honneur de me nommer Élève de l’École Normale. Je vous suis très obligé de la confiance que vous avez bien voulu avoir en moi, et vous prie en même temps de recevoir mes regrets de ne pouvoir répondre à vos vues sur moi, mais cela m’est de toute impossibilité. D’abord parce que je suis fonctionnaire public et que je ne veux quitter mon poste que lorsque le sort ou le temps m’en auront fait sortir. 2e parce que ma famille et mes affaires personnelles ne me permettent pas de m’absenter aussi longtemps. 3e parce que tous les hivers je suis exposé à une maladie, qui si elle m’arrivait à Paris rendrait mon voyage absolument inutile parce que je ne pourrais pas suivre les leçons. Vous voyer Citoyens que ce n’est qu’après des motifs bien solides que je me refuse à l’honneur que vous m’avez fait. Salut et fraternité. »

Originaire de Sommerviller où il était, avant la Révolution, principal du collège d’Orléans à Versailles, il est reçu au scrutin épuratoire de la société populaire régénérée de Lunéville le 29 nivôse an II (18 janvier 1794), entre au Comité de correspondance le 2 pluviôse suivant (21 janvier) et est élu secrétaire pour le mois de germinal. Le 3 pluviôse an II (22 janvier 1795) il est nommé au jury d’instruction publique du district de Lunéville.

Sources

[AD Meurthe et Moselle – L 1430 pi. 1, 6, 7 ; L 3130 ; AM Lunéville – série J2, section 7, registres 7 à 10 ; R. Ducret, Les Sans-culottes de Lunéville, Lunéville, impr. Bastien, s.d.[1967], p.78 ; H. Baumont, Histoire de Lunéville, Lunéville, 1900, p.436]