Millon Paul

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- MILLON Paul, est nommé par le district d’Auxerre le 17 frimaire. Électeur de l’assemblée primaire du canton d’Auxerre pour la Convention en 1792 (il est alors dit « musicien »), membre de la Commission de Surveillance de l’administration du district nommée le 10 septembre 1792, il est réclamé par une pétition du 29 octobre suivant signée de nombreux habitants d’Auxerre comme professeur au collège : « C’est celui-là seul dont les mœurs, la probité et le civisme sont irréprochables que le peuple doit charger d’élever ses enfants ». Président de la société populaire d’Auxerre en septembre 1793, il est professeur de langues latine au collège national depuis le 26 brumaire an III – 16 novembre 1794 lorsqu’il décline sa nomination par une lettre à l’agent national en date du 19 frimaire (9 décembre 1794) : « J’ai reçu la lettre et le rapport par lesquels vous m’annoncez que j’ai été nommé pour me transporter à Paris à l’effet d’y recevoir dans les École Normales les leçons des grands maîtres que la Convention a rassemblés pour cet effet. Je vous préviens, Citoyens, que je ne puis répondre à la confiance dont vous m’avez honoré. Deux motifs principalement me décident à refuser cette mission intéressante ; l’une est la faiblesse de ma santé, l’autre l’impossibilité où je suis de fournir aux dépenses que m’occasionneraient ce voyage ». Selon le notaire Laurent-Marie-Pierre Fromantin, « d’abord enfant de chœur de la cathédrale, puis musicien et ménétrier », il « savait cacher sous un extérieur de douceur et de patriotisme, les plus noirs desseins contre les vrais patriotes, que l’envie puisse enfanter ». Le Représentant en mission Maure « l’a fait passer du Comité [de surveillance] au tribunal de district d’Auxerre en qualité de juge, quoiqu’il n’ait aucune des qualités qu’exige une pareille fonction ».

Sources

[AD Yonne – L 755 f. 184 v° ; L 607 ; L 617 ; L 762 n°316 f.106r ; M. Cestre, « Le Collège d’Auxerre de 1790 à 1796 », Bulletin de la Société des sciences de l’Yonne, 64, 1910, p. 115, 117-118, 124 et 159 ; H. Forestier (ed.), Mémorial d’un citoyen d’Auxerre, 1793-1795, Auxerre, 1984, p.24]