Martin Jean-Nicolas

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher

Found a typo? Just edit it.

Notice

-- MARTIN Jean-Nicolas ? (Beulotte Saint-Laurent, Haute-Saône,23 novembre 1756 -), fils de Deisle Martin, laboureur et de Marie-Thérès Laurent, « qui s’est présenté volontairement », est nommé le 26 frimaire (16 décembre 1794) par le district de Baume-les-Dames. Il est alors commis juré au Tribunal du dit district. Entré comme profès chez les capucins le 24 novembre 1777, il devient le « père Marian » et se dit décidé, le 1er octobre 1790, le 8 janvier 1791 puis le 10 mars 1791, à sortir du cloître du couvent de Baume pour retourner à la vie privée et se retirer dans sa famille. Il est élu le 18 septembre 1791 curé de Montgesoye (canton de Vuillafans) dont il était déjà administrateur: il a prêté le serment le 7 août, s'installe et est admis le même mois à la Société des Amis de la Constitution d'Ornans. Le 23 août 1792, il verse cinq livres sur le bureau de la Société et est président de séance le 26 août suivant à l'assemblée électorale du district. Il remet ses lettres de prêtrise le 26 prairial an II (14 juin 1794). IL demeure ensuite à Baume-les-Dames.

Arrivé à Paris, il figure vraisemblablement parmi les signataires d’au moins une des pétitions collectives.

Après le Concordat, il est desservant à Beulotte-Saint-Laurent, puis La-Chaux-de-Dombief (Jura), puis en 1816 à Athesans (Haute-Saône) où il prononce la rétractation de ses serments le 10 juin 1817. On le retrouve en 1818 à Cemboing (Jura) puis desservant à Faymont (Haute-Saône) en 1823.

Sources

[AD Doubs – L 839* f. 77 r° ; L 746 ; L 953 ; L 954 f. 1v°-2r° ; AN - C 338, dossier 1597 ; D XXXVIII, 1, dossier 11 ; F17/9558].