Couteault Pierre

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- COUTEAULT Pierre* (Châtellerault, 23 mars 1769 – Poitiers, 9 avril 1827), est nommé le 5 frimaire par le district de Poitiers. Nommé professeur de philosophie au collège de Poitiers le 19 brumaire an II – 9 novembre 1793, il est alors sans emploi par suite de sa destitution par les représentants du peuple au motif qu’il n’est pas membre, et dénoncé comme tel, du club des Jacobins de Poitiers.

D’abord destiné à l’état d’ecclésiastique, il en prend l’habit en 1788 pendant une année de rhétorique puis, comme il s’en souviendra en 1823, « ruiné en 1789 par la suppression des dîmes et rentes inféodées qui formaient la fortune de mes père et mère, et aîné de six enfants, je fus obligé de me livrer à l’enseignement privé pour aider ma famille dans la continuité de mes études. Les changements survenus dans la Constitution civile du Clergé m’éloignèrent d’entrer au séminaire. Je fus chargé de l’éducation des enfants de la famille de Lusignan. Le chef de cette famille s’émigra [sic] ; les biens furent séquestrés, les parents mis en otage et hors d’état de me conserver auprès de leurs enfants. Par les soins de cette famille je fus placé au mois de septembre 1792 au collège séminaire de Luçon en qualité de professeur de philosophie et de mathématiques. Au mois de juillet suivant je profitai du bénéfice d’un décret qui conservait aux professeurs qui s’enrôlaient volontairement, les titres et appointements de leurs places. »

Initiateur de la pétition collective du 2 germinal, signataire de celles du 24 germinal, du 5 et du 17 floréal, il est réintégré par une délibération du Comité d’instruction publique en date du 19 floréal an III – 8 mai 1795 à sa place de professeur de philosophie du collège de Poitiers. De retour de l’école normale, il est choisi en messidor an III comme professeur des Arts et Métiers à l’École Centrale de la Vienne puis, le 12 floréal an IV – 1er mai 1796, comme professeur de chimie et physique expérimentale à l’École centrale établie à Poitiers où il enseigne jusqu’à sa nomination, le 2 thermidor an XII - 21 juillet 1804, à la chaire de mathématiques transcendantes du lycée de la ville. Licencié ès sciences, professeur de sciences physiques au même lycée à partir du 14 décembre 1809, il devient membre du Conseil académique et directeur du cadastre ; fonctions qu’il occupe jusqu’au 13 janvier 1824, date de la liquidation de sa pension de retraite à hauteur de 600 francs. Marié avec Marie-Anne Chenier, il laisse à son décès en 1827 comme unique héritier Pierre-Jean, seul survivant des trois enfants de Pierre.

Sources

[AD Vienne – L 360 ; L 275 ; L 276 ; AN – C 338, dossier 1597 ; D XXXVIII, 1, dossier 11 ; F17/1344/1 ; F17/1431 ; F17*/2181, n° 153 ; F17/20494 (dossier de retraite) ; Almanach de l’Université, 1812, p.237]