Chossier des Ponteix Gabriel-Jean

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- CHOSSIER des PONTEIX Gabriel-Jean* (Riom, 5 juillet 1763- château de Chaptes, commune de Beauregard-Vendon, 14 janvier 1848), fils d’Antoine-Joseph, avocat au Parlement et de Jeanne Legat, est nommé le 28 brumaire (18 novembre 1794) par le district de Riom. Avocat sous l'Ancien Régime, il devient juge au tribunal du district de Riom en 1791 et est membre de la Société des Amis de la Constitution de la ville. Il est l'un des rédacteurs de l'éphémère hebdomadaire Le Citoyen Surveillant, publié chez l'imprimeur Landriot de Riom en janvier-février 1791. Professeur de troisième à l’institut provisoire de Riom du 15 novembre 1792 au 14 avril 1793, candidat le 25 mars suivant pour les cours d’histoire universelle, géographie, grammaire générale et française, il est alors depuis le 16 floréal an II – 15 mai 1794 employé comme commissaire à la formation du catalogue des livres pour former une bibliothèque publique.

Signataires des pétitions du 2 et du 24 germinal, de retour de l’École normale, il est installé le 12 novembre 1795 comme substitut du commissaire du pouvoir exécutif près le tribunal du Puy de Dôme puis, dès le 22 janvier 1796, comme commissaire du pouvoir exécutif près le tribunal correctionnel (jusqu’au 15 mai 1800). Marié le 30 brumaire an VII (20 novembre 1798) à Lempdes (Haute-Loire) avec Marie-Louise de La Chassignolle, fille de Jean, écuyer, née en 1770, il ajoute à son patronyme la particule « des Ponteix », tirée de l’une de ses propriétés pour se distinguer de ses frères. Commissaire du gouvernement (1800-1811), procureur impérial (mai 1811-février 1816) puis procureur du roi (février 1816-novembre 1819) près le tribunal de première instance, il devient conseiller à la cour royale de Riom en novembre 1819. Il prend sa retraite le 17 mars 1834 après 38 ans 4 mois 5 jours de services et sa pension est liquidée le 18 avril suivant à hauteur de 1690 francs. Sa veuve reçoit une pension de réversion de 563 francs.

Sources

[AD Puy de Dôme – L 4970; L 5322; L 5327; AN - C 338, dossier 1597 ; D XXXVIII, 1, dossier 11 ; BB 25/ 148, dossier 148, P2 ; BB 25/ 206, dossier 4088 P2]