Buisson Jean-Antoine-Anne

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- BUISSON Jean-Antoine-Anne* (Castelnaudary, 4 janvier 1764 - ), fils de Libéral, tailleur d’habit pour femme, et de Marie-Anne Baurit, est nommé le 8 frimaire par le district de Castelnaudary en remplacement d’un élève démissionnaire. Vicaire de Labécède-Lauragais, assermenté en 1790, il est élu curé constitutionnel de La Pomarède le 14 mars 1791 puis, le 16 novembre suivant, curé de la paroisse de Peyrens où il se trouve de nouveau assermenté le dimanche 23 septembre 1792. Abdicataire, il épouse le 16 décembre suivant Colombe Trinchant et perçoit pour le 1er quartier de l’an II (fin 1793) une pension de secours de 300 livres. Désigné par la municipalité de Labécède pour porter un vœu à la Convention Nationale, il devient accusateur public près le Tribunal criminel de l’Aude et, présent lors de la séance publique du conseil du district, il déclare accepter sa nomination.

Signataire des pétitions du 2 germinal et 17 floréal, de retour de l’école normale, il ouvre une école particulière dans les locaux de l’ancien collège de Castelnaudary et justifie de ses différents serments non rétractés (dont celui de « Haine à la Royauté et à l’anarchie » prêté à Castelnaudary le 3 brumaire an VI – 24 octobre 1797) pour continuer à percevoir une pension annuelle comme « ci-devant curé ». Lors du Concordat, père d’un enfant, il demande le 10 janvier 1803 la réhabilitation de son mariage par une supplique rédigée en latin et se marie religieusement en l’église Saint Jean de Castelnaudary afin de légitimer la naissance de son fils Raimond-Libéral. Son établissement érigé en école secondaire communale le 30 thermidor an XII – 18 août 1804, il en devient le directeur. En 1806, 12 professeurs, 25 pensionnaires et 85 externes fréquentent l’établissement dont les locaux ont été concédés par le gouvernement.

Sources

[AD Aude – 3 L 16 ; 3 L 59 ; 1 L 1229 ; 1 L 93 ; 1 L 1246 ; 1 T 89 ; AN – C 338, dossier 1597 ; F17/9558 ; F17/2494 ; AF IV 1912 d.4 p.25 ; Almanach de l’Université, 1812, p.199 ; X. Maréchaux, n° 580 ; Sabarthès, Histoire du Clergé de l’Aude de 1789 à 1803, Carcassonne, 1939, p. 86-87 ; F. Falcou, « Les collèges de Castelnaudary et leur histoire », Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, t. 76, 1976, p. 224]