Bournhonet Jean-Louis-André

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- BOURNHONET Jean-Louis-André* (Servian (Hérault), le 3 janvier 1756 – Saint-Quentin-sur-le-Homme (Manche)) est nommé le 25 nivôse par le district d’Avranches. Ex-membre du directoire du dit district chargé d’une mission d’information auprès de l’armée vendéenne, il est alors maire de la commune de Précey.

Profès de Sainte-Geneviève le 12 janvier 1777, étudiant à Sainte-Barbe-en-Auge, sous diacre en 1779, il demeure comme diacre à l'abbaye Saint-Pierre de Rillé à Fougères (Ille-et-Vilaine) en 1780 puis comme prieur-curé de Précey de 1785 à 1791. Assermenté le 13 février 1791, il devient curé constitutionnel de la paroisse de Précey avant d’abdiquer ses fonctions sacerdotales et d’épouser, le 29 mars 1794, la sœur de son vicaire, Jeanne-Gabrielle Hédoux.

Signataire des pétitions du 2 germinal et du 17 floréal, l’école normale fermée, on le retrouve employé comme receveur des contributions directes à Avranches, nommé le 2 vendémiaire an VII – 23 septembre 1798 membre du Jury d’instruction publique de l’arrondissement d’Avranches. Il devient adjoint au maire d’Avranches puis, revenu à Servian (Hérault), il écrit le 18 avril 1806 au cardinal Caprara pour demander la réhabilitation religieuse de son mariage.

Sources

[W. Marie Cardine, tome 1, p. 319, tome 2, p. 128 ; AN – F19/872, AF IV 1910 d.14 p. 43 ; C 338, dossier 1597 ; F17/9558 ; Bibliothèque Sainte Geneviève – Ms 685 ; E. Sevestre, Liste critique des ecclésiastiques fonctionnaires publics insermentés et assermenté en Normandie, Paris, 1922, p. 156 ; E. Sevestre, Les problèmes religieux de la Révolution à l’Empire en Normandie, tome 2, La Constitution civile du clergé, Paris, 1924, p. 963-964 ; X. Maréchaux, n° 494 ; Petit 2008 n°679]