Bonnefont Placide

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

- BONNEFONT Placide, est nommé le 5 frimaire par le directoire du district de Coiron. Natif de Bourg-Saint-Andéol, âgé de 25 ans, membre de la société populaire de Bourg-sur-Rhône (Bourg-Saint-Andéol) depuis le 10 juillet 1791, il est alors professeur au collège de la ville depuis le renouvellement du personnel barnabite et l’auteur d’un long discours prononcé lors de la fête donnée le 20 prairial an II – 8 juin 1794 par la société populaire pour instituer le culte de l’Être Suprême : « Cette religion est dans la nature. Consultons nos cœurs, nous y trouverons la morale, nos droits et nos devoirs. Nous y trouverons le besoin que nous avons de nous aimer, de nous secourir, d’être juste, humain et généreux. Et cette maxime : ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait. Nous y trouverons les sentiments de l’égalité et de la liberté. Nous sentirons que l’esclavage nous répugne. Nous reconnaîtrons enfin que c’est l’éducation liée à un gouvernement tyrannique qui rend les hommes opposés à leur nature, qui dispose leur âme à l’esclavage. »

Arrivé à Paris, on le retrouve parmi les pétitionnaires du 2 germinal.

Sources

[AD Ardèche – L 582 n° 124 ; L 1231 n° 29 ; AN - C 338, dossier 1597 ; J. Beau, J.L. Issartel, R. Caspin, Les chemins de la Révolution. Bourg-Saint-Andéol, un bastion sans-culotte en Ardèche, Privas, 1988, p. 153, 176, 233 et 267-268]