Beaupuy Jean dit Guy

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- BEAUPUY Jean, dit Guy* (Saint-Médard-de-Mussidan, 21 novembre 1756 – Mussidan, 19 mars 1806), fils de François de la Bacheretie, écuyer seigneur de Beaupuy, et de Jeanne de Villars, est nommé le 4 frimaire par le district de Mussidan. Ci-devant prêtre abdicataire et traditeur, il réside alors dans les faubourgs de Mussidan dans l’attente d’une pension qu’il réclame, le 17 ventôse an II – 7 mars 1794, à la Convention nationale à Paris par l’intermédiaire de l’agent national du district.

Pourvu d’un titre clérical enregistré devant notaire le 24 février 1778, il est en 1788 chanoine du chapitre d’Arles (Bouches-du-Rhône) auprès de son oncle Mgr du Lau d’Allemans et déclare en 1790 fixer son domicile sur le district de Mussidan où il perçoit une pension de 1668 livres auxquelles s’ajoutent 75 livres par trimestre pour la desserte de Mussidan de novembre 1791 à juillet 1792. Assermenté en 1792 (Liberté-Égalité), il est nommé en juillet vicaire puis élu curé de la dite paroisse avec un traitement de 2335 livres (1500 comme curé et 835 comme ex-chanoine) avant d’abjurer le 4 décembre 1793.

Signataire de la pétition du 2 germinal, de retour de l’école normale, il exerce le culte à Mussidan où il prête le serment de Haine à la Royauté. Pensionné comme ci-devant prêtre, il se marie et se fait nommer maire de Mussidan ; fonctions qu’il exerce toujours le 31 décembre 1802 lorsqu’il demande la réhabilitation religieuse de son mariage au cardinal Caprara par une supplique laconique. Le silence des sources est peut être ici lié aux recommandations familiales dont a pu bénéficier le suppliant qui est le neveu d’un martyr du massacre des Carmes, frère d’un sénateur et de trois généraux de la République.

Sources

[AD Dordogne – 6 L 18 f. 186 et n° 279 ; AN – C 338, dossier 1597 ; F19/888 ; AF IV 1912 d.3 p. 178 ; X. Maréchaux, n° 217 ; R. Bouet, Dictionnaire biographique du Clergé du Périgord au temps de la Révolution française, tome 1, Piégut-Pluviers, 1993, notice 123]