Bailleul Gabriel-Néré

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
Found a typo? Just edit it.
Notice

-- BAILLEUL Gabriel-Néré* (Paris, p. Saint-Leu et Saint-Gilles, 19 février 1762 – Soudé-Sainte-Croix (Marne), 25 décembre 1854), se porte candidat par une lettre du 27 brumaire adressée au district d’Arcis-sur-Aube : « Si ma qualité de ci-devant curé pendant un an n’est pas un titre d’exclusion ; j’ose avancer que sous le rapport de ma conduite politique et morale, je mérite vos suffrages ».

Profès le 21 février 1783 à l’abbaye Saint-Marcel de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), bénédictin de l’ordre de Cluny, aumônier à Paris, il réside à Saintry (Seine-et-Oise) en 1789 avant de s’établir en septembre 1792 à Jasseines où, assermenté le 8 septembre, il est élu curé constitutionnel du lieu le 18 novembre suivant ; de nouveau assermenté le 12 décembre, il exerce dans cette paroisse jusqu’au 19 février 1793, date de son abdication et de la remise de ses lettres de prêtrise. Devenu instituteur public de la commune - il dit avoir des connaissances sur « les principes de la lecture et de l’écriture, les éléments du calcul, la géographie et l’histoire » - il est muni d’un certificat de bonnes mœurs et d’un certificat de civisme attestant « qu’il a payé ses impositions, qu’il a fait le service de la garde nationale, et […] qu’il n’a cessé de donner des preuves du plus pur patriotisme ». Il est nommé vers la fin du mois de frimaire.

Signataire parmi les premiers des pétitions collectives du 24 germinal, du 5 et du 17 floréal, de retour de l’école normale, il se marie le 10 décembre 1795 à Jasseines où il réside comme marchand et adjoint au maire. Commissaire de l’administration cantonale d’Aulnay depuis 1799, il n’exerce plus ses fonctions de maire adjoint depuis 1804 et se retrouve juge de paix à Ramerupt où il demeure en 1817. Percepteur de 1820 à 1838 à Soudé-Sainte-Croix, il y décède lors de la messe du 25 décembre 1854.

Sources

[AD Aube – Lv 158 u ; Lg2 40 f. 59-60 ; AN – F/19/872 ; D XXXVIII, 1, dossier 11 ; F17/9558 ; P. Denis, Y. Chaussy (ed.), Matricula monachorum professorum reformationis abbatiae et totius sacri ordinis Clunicicensis, 1994, p. 82 ; A. Prévost, Répertoire biographique du clergé du diocèse de Troyes à l’époque de la Révolution, Domois-Dijon, 1914, p. 12 ; X. Maréchaux, n° 124]