Devergie Pierre-Sulpice : Différence entre versions

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
(importer en XML)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<span style="font-variant:small-caps;"> Found a typo? Just edit it.</span><div><div style="padding: 0 1.5em; text-align: justify; width:42%;float:left;margin-left:40px;"><div style="text-align:center;margin-bottom:20px;font-variant:small-caps;">'''Notice'''</div><p><b>-- DEVERGIE Pierre-Sulpice*</b> (Thérine, c. 1749 – Marseille-en-Beauvaisis, 24 février 1822), fils de Nicolas, tailleur d’habits, et d’Élisabeth Devergie, est nommé le 8 frimaire par le district de Grandvilliers. Il est alors instituteur à Morvillers.</p><p>Maître d’école et clerc laïc (c’est-à-dire chantre) à Morvillers, il épouse le 20 janvier 1780 Marie-Véronique Couverchel, fille d’un laboureur de cette paroisse. En 1793, à la naissance de son fils Abraham, le 4 février, il ajoute à ses fonctions de maître d’école celles de greffier de la municipalité et d’officier public chargé de rédiger les actes d’états-civil.</p><p>Signataire de la pétition du 2 germinal (son paraphe enrichi de trois points (maçonniques ?)), l’école normale fermée, il devient greffier de la justice de paix du canton de Marseille-en-Beauvaisis, fonctions qu’il occupe au moment de sa mort « âgé de 74 ans ».</p></div><div style="padding: 0 1.5em; text-align: justify; vertical-align:top;margin-right:20px;float:left;width:42%"><div style="font-variant:small-caps;text-align:center;margin-bottom:20px;">'''Sources'''</div><small><p>[AD Oise – 2 LP 7004 ; 5 Mi 1027 (BMS Morvillers) ; 5 Mi 695 (NMD Marseille-en-beauvaisis) ; AN - C 338, dossier 1597]</p></small></div></div>
 
<span style="font-variant:small-caps;"> Found a typo? Just edit it.</span><div><div style="padding: 0 1.5em; text-align: justify; width:42%;float:left;margin-left:40px;"><div style="text-align:center;margin-bottom:20px;font-variant:small-caps;">'''Notice'''</div><p><b>-- DEVERGIE Pierre-Sulpice*</b> (Thérine, c. 1749 – Marseille-en-Beauvaisis, 24 février 1822), fils de Nicolas, tailleur d’habits, et d’Élisabeth Devergie, est nommé le 8 frimaire par le district de Grandvilliers. Il est alors instituteur à Morvillers.</p><p>Maître d’école et clerc laïc (c’est-à-dire chantre) à Morvillers, il épouse le 20 janvier 1780 Marie-Véronique Couverchel, fille d’un laboureur de cette paroisse. En 1793, à la naissance de son fils Abraham, le 4 février, il ajoute à ses fonctions de maître d’école celles de greffier de la municipalité et d’officier public chargé de rédiger les actes d’états-civil.</p><p>Signataire de la pétition du 2 germinal (son paraphe enrichi de trois points (maçonniques ?)), l’école normale fermée, il devient greffier de la justice de paix du canton de Marseille-en-Beauvaisis, fonctions qu’il occupe au moment de sa mort « âgé de 74 ans ».</p></div><div style="padding: 0 1.5em; text-align: justify; vertical-align:top;margin-right:20px;float:left;width:42%"><div style="font-variant:small-caps;text-align:center;margin-bottom:20px;">'''Sources'''</div><small><p>[AD Oise – 2 LP 7004 ; 5 Mi 1027 (BMS Morvillers) ; 5 Mi 695 (NMD Marseille-en-beauvaisis) ; AN - C 338, dossier 1597]</p></small></div></div>
 
[[Category:Prosopographie]]
 
[[Category:Prosopographie]]
 
+
{{#set:Index_V2=Musefrem}}
 
       {{#set: Profil_enseignant_V1=instituteur primaire}}
 
       {{#set: Profil_enseignant_V1=instituteur primaire}}
  

Version actuelle en date du 17 janvier 2018 à 13:08

Found a typo? Just edit it.
Notice

-- DEVERGIE Pierre-Sulpice* (Thérine, c. 1749 – Marseille-en-Beauvaisis, 24 février 1822), fils de Nicolas, tailleur d’habits, et d’Élisabeth Devergie, est nommé le 8 frimaire par le district de Grandvilliers. Il est alors instituteur à Morvillers.

Maître d’école et clerc laïc (c’est-à-dire chantre) à Morvillers, il épouse le 20 janvier 1780 Marie-Véronique Couverchel, fille d’un laboureur de cette paroisse. En 1793, à la naissance de son fils Abraham, le 4 février, il ajoute à ses fonctions de maître d’école celles de greffier de la municipalité et d’officier public chargé de rédiger les actes d’états-civil.

Signataire de la pétition du 2 germinal (son paraphe enrichi de trois points (maçonniques ?)), l’école normale fermée, il devient greffier de la justice de paix du canton de Marseille-en-Beauvaisis, fonctions qu’il occupe au moment de sa mort « âgé de 74 ans ».

Sources

[AD Oise – 2 LP 7004 ; 5 Mi 1027 (BMS Morvillers) ; 5 Mi 695 (NMD Marseille-en-beauvaisis) ; AN - C 338, dossier 1597]