Dervieux fils, dit Dervieux-Fussimagne : Différence entre versions

De Ecole normale de l'an III
Aller à : navigation, rechercher
(importer en XML)
 
(importer en XML)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
+
<span style="font-variant:small-caps;"> Found a typo? Just edit it.</span><div><div style="padding: 0 1.5em; text-align: justify; width:42%;float:left;margin-left:40px;"><div style="text-align:center;margin-bottom:20px;font-variant:small-caps;">'''Notice'''</div><p><b>-- DERVIEUX fils*, </b>dit DERVIEUX-FUSSIMAGNE, porté sur la « liste de citoyens déjà instruits, propres à être appelés à l’enseignement dans l’école normale » de la commune d’Armes, est nommé le 6 frimaire par le district de Saint-Étienne. Âgé de 25 ans, ancien commissaire national près le Tribunal civil du district (24 octobre 1793 – 5 fructidor an II – 22 août 1794), il est alors membre de la Société populaire locale et employé dans « les bureaux du conseil d’administration des armes ».</p><p>Signataire de la pétition du 24 germinal, de retour de l’école normale, il travaille comme mécanicien à l’invention de métiers à tisser, se marie (vers 1802) à une demoiselle Dumareste-Verrier avant de s’associer, en 1809, avec son condisciple Claude-Simon-Barthélémy Piaud pour l’exploitation d’un brevet de son invention sur un métier à fabriquer les fonds de dentelle dit « fond à glace ».</p></div><div style="padding: 0 1.5em; text-align: justify; vertical-align:top;margin-right:20px;float:left;width:42%"><div style="font-variant:small-caps;text-align:center;margin-bottom:20px;">'''Sources'''</div><small><p>[AD Loire – L 126 f. 58 v° ; AN - D XXXVIII, 1, dossier 11 ; J.B. Galley, <i>Claude Fauriel, membre de l’Institut 1772-1843</i>, Saint-Étienne, 1909, p. 198-200 ; <i>Dictionnaire chronologique et raisonné des découvertes, inventions, innovations ...</i>, tome 4, Paris, Louis Celas, 1822, p. 455-481 ; J.B. Galley, <i>Saint-Étienne et son district pendant la Révolution</i>, tome 2, Saint-Étienne, 1904, p. 26, 31, 180 et 778]</p></small></div></div>
      <span style="font-variant:small-caps;"> Found a typo? Just edit it.</span><div><div style="padding: 0 1.5em; text-align: justify; width:42%;float:left;margin-left:40px;"><div style="text-align:center;margin-bottom:20px;font-variant:small-caps;">'''Notice'''</div><b>-- DERVIEUX fils*, </b>dit DERVIEUX-FUSSIMAGNE, porté sur la « liste de citoyens déjà instruits, propres à être appelés à l’enseignement dans l’école normale » de la commune d’Armes, est nommé le 6 frimaire par le district de Saint-Étienne. Âgé de 25 ans, ancien commissaire national près le Tribunal civil du district (24 octobre 1793 – 5 fructidor an II – 22 août 1794), il est alors membre de la Société populaire locale et employé dans « les bureaux du conseil d’administration des armes ».Signataire de la pétition du 24 germinal, de retour de l’école normale, il travaille comme mécanicien à l’invention de métiers à tisser, se marie (vers 1802) à une demoiselle Dumareste-Verrier avant de s’associer, en 1809, avec son condisciple Claude-Simon-Barthélémy Piaud pour l’exploitation d’un brevet de son invention sur un métier à fabriquer les fonds de dentelle dit « fond à glace ».</div><div style="padding: 0 1.5em; text-align: justify; vertical-align:top;margin-right:20px;float:left;width:42%"><div style="font-variant:small-caps;text-align:center;margin-bottom:20px;">'''Sources'''</div><small>[AD Loire – L 126 f. 58 v° ; AN - D XXXVIII, 1, dossier 11 ; J.B. Galley, <i>Claude Fauriel, membre de l’Institut 1772-1843</i>, Saint-Étienne, 1909, p. 198-200 ; <i>Dictionnaire chronologique et raisonné des découvertes, inventions, innovations ...</i>, tome 4, Paris, Louis Celas, 1822, p. 455-481 ; J.B. Galley, <i>Saint-Étienne et son district pendant la Révolution</i>, tome 2, Saint-Étienne, 1904, p. 26, 31, 180 et 778]</small></div></div>
 

Version du 24 mars 2016 à 18:01

Found a typo? Just edit it.

Notice

-- DERVIEUX fils*, dit DERVIEUX-FUSSIMAGNE, porté sur la « liste de citoyens déjà instruits, propres à être appelés à l’enseignement dans l’école normale » de la commune d’Armes, est nommé le 6 frimaire par le district de Saint-Étienne. Âgé de 25 ans, ancien commissaire national près le Tribunal civil du district (24 octobre 1793 – 5 fructidor an II – 22 août 1794), il est alors membre de la Société populaire locale et employé dans « les bureaux du conseil d’administration des armes ».

Signataire de la pétition du 24 germinal, de retour de l’école normale, il travaille comme mécanicien à l’invention de métiers à tisser, se marie (vers 1802) à une demoiselle Dumareste-Verrier avant de s’associer, en 1809, avec son condisciple Claude-Simon-Barthélémy Piaud pour l’exploitation d’un brevet de son invention sur un métier à fabriquer les fonds de dentelle dit « fond à glace ».

Sources

[AD Loire – L 126 f. 58 v° ; AN - D XXXVIII, 1, dossier 11 ; J.B. Galley, Claude Fauriel, membre de l’Institut 1772-1843, Saint-Étienne, 1909, p. 198-200 ; Dictionnaire chronologique et raisonné des découvertes, inventions, innovations ..., tome 4, Paris, Louis Celas, 1822, p. 455-481 ; J.B. Galley, Saint-Étienne et son district pendant la Révolution, tome 2, Saint-Étienne, 1904, p. 26, 31, 180 et 778]